Historique de l'AQST

Historique de l'AQST

Les années ‘80

Une dame du nom d’Évelyne Paiement se voit confrontée à un diagnostic plutôt bizarre pour son jeune fils. Il serait atteint du Syndrome Gilles de la Tourette (SGT)!

Dépourvue d’aide et voyant que d’autres personnes au Québec étaient aux prises, elles-aussi, avec cette étrange maladie, elle décide de regrouper les gens qui vivent la même problématique qu’elle.

Tout a commencé autour d’une table de cuisine…

Les années ‘90

Le groupe forme un Chapitre de la Fondation Canadienne du Syndrome de la Tourette à Montréal. Voulant personnaliser davantage les services pour les Québécois, le groupe décide d’amorcer les procédures permettant de créer une association québécoise. Ainsi le 2 août 1994, l’AQST est née dans les livres de nos gouvernements sous le matricule 1140877128.

Des liens se sont aussi formés avec d’autres chapitres du Québec, en autres, avec l’Association Régionale du Saguenay-Lac-St-Jean, qui obtenait en 1995 son numéro de matricule 1145277852.

Même si à Québec, Madame Raymonde Langelier-Dugal organisait depuis quelques années déjà des rencontres dans sa région, ce n’est qu’en 1997 que ce groupe obtint son matricule, soit le 1147285606. Il faut prendre note que la Section Québec, avant même son enregistrement, avait pris l’initiative de gérer la publication d’un journal pour les personnes concernées par le SGT au Québec.

Afin d’échanger et d’obtenir un moyen qui permettrait une visibilité provinciale, les sections se sont engagées dans la création d’une association provinciale sous le matricule 1140877128 obtenu en 1994. Puis en 1999, la Section Montréal voyait le jour sous son matricule à elle, soit le 1148317341.

Les années 2000

La Section Montréal, devant le nombre croissant de membres, de soutiens téléphonique, d’envois postaux ainsi que l’édition du journal associatif, la gestion du site Internet de l’Association et celle du groupe de soutien, décide d’engager, en janvier 2003, sa première employée. Martine Fradet (maman de deux enfants atteints du SGT et ayant une Maîtrise en Communications) devient Coordonnatrice de l’AQST, Section Montréal. Pendant trois, elle travaillera de chez elle, l’AQST n’ayant aucun local.

En 2004, devant la difficulté des Sections de l’AQST à maintenir un nombre adéquat de membres au sein de leur conseil d’administration et à aller chercher suffisamment de financement, il est décidé de restructurer l’AQST en centralisant une seule gestion à Montréal et en faisant des Sections de simples groupes de soutien. L’AQST devient donc un organisme provincial avec un seul conseil d’administration et une directrice, situés à Montréal, et des bénévoles qui développeront des groupes de soutien dans plusieurs régions. Dès lors, l’AQST se donne des objectifs pour satisfaire les groupes de soutien et pour défendre leurs intérêts auprès des différents ministères.

En 2005, l’AQST aura pignon sur rue par un local situé à l’Hôpital Rivière-des-Prairies. Ce local permettra à l’Association de bénéficier de différents services offerts par l’infrastructure de cet hôpital.